La formation DECEMO® est-elle une formation à l'EMDR® ?

La méthode DECEMO tisse des ponts entre de nombreuses techniques, dont l’EMDR, afin d’en faire une méthode globale, dont l’efficacité est accrue. En plus d’un travail sur la posture et le langage thérapeutiques, elle englobe plusieurs protocoles d’accompagnement émotionnel :
 
  • pour commencer, le praticien DECEMO vient vérifier, ou installer, une sécurité relationnelle en profondeur. Car j’observe, par l’expérience, que de nombreux traumas ont une forte composante relationnelle, qu’il convient de prendre en compte. Si on ne prend pas en compte ce paramètre, le travail de désensibilisation peut rester en surface, il peut patiner, ou les effets peuvent ne pas être durables, car on sera resté sur la partie visible de l’iceberg. Parfois, les symptômes peuvent même s’aggraver, car les systèmes protectifs de la personne ne sont pas pris en compte et écoutés, en profondeur.
  • en plus de ce travail relationnel, le praticien DECEMO s’attarde à vérifier que l’équilibre psychique de la personne est préservé, avant la désensibilisation. C’est la notion d’homéostasie psychique, ou d’ « écologie » qui est chère à la Programmation Neuro-Linguistique (PNL). Pour cela, des outils issus de l’Internal Family Systems® (IFS), qui agissent sur la multiplicité du psychisme, sont utilisés ; en parallèle avec des outils de la Communication NonViolente.

Une fois la relation sécurisée, et la vérification de l’homéostasie psychique validée, vient le travail de désensibilisation. Pour cela, trois protocoles sont proposés :

  • un protocole oculaire dédié aux chocs émotionnels considérés comme « isolés », efficace en quelques minutes dans le cas de situations émotionnelles vécues de façon peu ou pas répétées. Ce protocole s’inspire des mouvements oculaires (comme l’EMDR), mais va plus loin en y ajoutant des apports complémentaires : mouvements oculaires dans toutes les directions pour travailler sur toutes les zones du cerveau ; confusion hypnotique ; appel à la sensorialité ; installation de ressources avec les « besoins en plein » propres à la Communication NonViolente ; etc. Ce protocole me semble être le plus simple et le plus rapide, dans le cas de traumatismes et de chocs émotionnels qui ne font pas ou peu écho à des situations antérieures (exemple : attentat, accident, abus sexuel non-répété, cambriolage, etc.).
  • un protocole oculaire dédié aux chocs émotionnels « ramifiés » sur des situations antérieures, qui est plus adapté aux situations émotionnelles vécues de façon répétées, ou rattachées à d’autres situations antérieures (chocs ou situations difficiles, qui font écho à d’autres situations antérieures, dans l’enfance ou dans la vie de la personne). Ce protocole est une adaptation du protocole utilisé en EMDR®, avec un travail approfondi sur les systèmes protectifs.
  • un protocole d’intégration sensorielle des émotions, pour intégrer l’émotion à travers le corps (d’une façon différente -et très complémentaire- à certains outils de sophrologie), avec un travail approfondi sur les miroirs inconscients dans la relation d’accompagnement.
 
Ces outils permettent une plus grande efficacité, en prenant en compte le spectre large de l’Humain, et en multipliant les portes d’entrée pour agir sur les émotions bloquées. La méthode DECEMO est une synthèse de ce que j’ai appris et éprouvé de plus efficace, en accompagnement des émotions.
 
Un travail approfondi est réalisé sur la posture d’accompagnant, dont dépend grandement la réussite de la pratique.
 
 

Dans la phase de désensibilisation, quelles sont les différences entre les protocoles DECEMO utilisant les mouvements oculaires, et l'EMDR ?

MOUVEMENTS OCULAIRES

Le protocole EMDR utilise une stimulation bilatérale des hémisphères cérébraux, à travers les mouvements oculaires. Ce phénomène se produit naturellement durant le sommeil paradoxal (les fameux REM pour « Rapid Eye Movements »). Depuis sa création, l’EMDR a ajouté l’utilisation d’autres registres sensoriels (sons ou tapotements bilatéraux, en alternance droite-gauche). Quand elle s’appuie sur les mouvements oculaires, l’EMDR se limite essentiellement à un mouvement bilatéral sur un axe horizontal gauche-droite, qui agit sur la complémentarité entre les deux hémisphères cérébraux. Dans la plupart des cas, ces mouvements s’avèrent suffisants.

Dans d’autres cas, les mouvements oculaires droite-gauche trouvent leur limite, ou semblent ralentir le retraitement de l’information par le cerveau.

En effet, la Programmation Neuro-Linguistique a découvert empiriquement que chaque orientation oculaire avait sa propre fonction, en lien avec le fonctionnement du cerveau (souvenirs et création d’éléments visuels, auditifs ou kinesthésiques, ou encore dialogue intérieur). D’autres techniques de désensibilisation par les mouvements oculaires, comme l’IMO (intégration par les mouvements oculaires), ont pris en compte cette composante à 3 dimensions des mouvements des yeux. C’est le cas du protocole DECEMO. L’expérience de cabinet montre que cela peut augmenter de façon significative les résultats obtenus, et que cela accélère le retraitement de l’information traumatique.

SITUATION EMOTIONNELLE « RAMIFIEE » OU « ISOLEE »

En EMDR et dans le protocole DECEMO pour chocs émotionnels « ramifiés », à la fin de chaque série de mouvements oculaires, le praticien demande ce qui émerge spontanément chez la personne. Cela permet de libérer des ramifications inconscientes, associées à la situation émotionnelle initiale.

Le protocole DECEMO pour chocs émotionnels considérés comme « isolés » semble agir plus rapidement que l’EMDR sur les chocs peu ou pas ramifiés sur du passé. Le travail demandé au cerveau y est différent. Cette pratique est très efficace quand la situation ne fait pas écho à des situations antérieures. Mais il touche une limite lorsqu’il existe des ramifications inconscientes puissantes, sur d’autres situations antérieures. Ces dernières peuvent « rattacher » et maintenir le blocage émotionnel.

Aussi, selon les situations et réactions de la personne, un protocole sera plus adapté que l’autre, d’où l’intérêt de maîtriser ces différents protocoles très différents, pour pouvoir s’adapter à chaque situation.

RETRAITEMENT DE L’INFORMATION / INSTALLATION DES RESSOURCES

L’EMDR s’appuie sur l’installation des cognitions positives (pensées que la personne aimerait avoir à propos d’elle-même idéalement, dans la situation traumatique, et par extension dans sa vie) pendant des stimulations bilatérales, afin de retraiter l’information traumatique.

Le protocole DECEMO pour choc considéré comme « isolé » installe deux types de ressources :

  • les « Besoins en plein » (propres à la Communication NonViolente), ancrés dans le corps, pour installer les ressources qui ont manqué dans la situation difficile. Ceci se fait pendant une phase de balayages oculaires en 3D, qui semblent faire travailler le cerveau de façon plus complète.
  • la perception mentale que la personne a d’elle-même (travail sur les croyances)

Le certificat de "Praticien DECEMO®" est-il officiel ?

La réussite à l’examen de certification (examen écrit et pratique, en conditions réelles de cabinet) donne droit à un certificat de « Praticien DECEMO® ». Comme tous les autres centres de formation privés, ce certificat N’EST PAS un diplôme, car ce ne serait pas légal. Il s’agit ici d’une reconnaissance privée. Un diplôme ne peut être délivré que par une institution reconnue par l’Etat, comme une école ou une université sous contrat avec l’Etat.
 
Aucune formation de désensibilisation aux mouvements oculaires n’a le droit de délivrer de diplôme officiel. Les certificats fournis par les centres de formation répondent aux critères propres à chaque centre.

Y'a-t-il un risque pour les personnes, dans la pratique ?

Toute technique émotionnelle, surtout quand elle est axée sur les chocs émotionnels et traumatismes, comporte une part de risques. L’accompagnement émotionnel est empirique. A ce jour, les neurosciences sont loin d’avoir décrypté tous les secrets du cerveau et de notre fonctionnement émotionnel.
La psychopathologie aide à identifier des types de personnalité pour lesquels un risque de déstabilisation de la structure psychique est accru. Malgré cela, il est impossible de border à 100% le risque de décompensation psychique ou tout autre désordre psychique, pendant un travail portant sur les émotions.
 
L’expérience des praticiens DECEMO est que la qualité de la posture du thérapeute, associée à la qualité de la relation thérapeutique, sont deux paramètres essentiels qui permettent d’éviter ces phénomènes indésirables. La posture du praticien est double dans la pratique de DECEMO : savoir être empathique, pour laisser un espace bienveillant qui accueille sans conditions l’expression de l’émotion ; tout en restant directif, pour bien « border » la séance et offrir un cadre sécurisant. La maîtrise de cette double-posture est un élément central de la pratique, qui est approfondi lors de la formation de « Praticien DECEMO ».

La méthode DECEMO est-elle reconnue par le secteur médical ?

L’utilisation de mouvements oculaires pour désensibiliser les traumatismes, propre à l’EMDR, est reconnue depuis plusieurs années par des organisations médicales : OMS (Organisation Mondiale de la Santé), INSERM (Institut National de la Santé Et de la Recherche Médicale), HAS (Haute Autorisé de Santé). Quelques médecins discréditent cette approche, car elle n’est pas basée sur des phénomènes scientifiques reconnus. DECEMO utilise les mouvements oculaires, comme l’EMDR. Structurellement, elle bénéficie donc des mêmes appuis (et se heurte aux mêmes doutes) que toutes les méthodes qui utilisent les mouvements oculaires.
 
L’Internal Family Systems®, méthode d’accompagnement systémique basée sur des outils de médiation, a son efficacité reconnue aux USA comme « basée sur les preuves » (« evidenced-based practice » par le NREPP). La méthode DECEMO utilise des outils de médiation de l’IFS pour le travail avec les systèmes protectifs.
 
Plusieurs médecins se sont formés à la méthode DECEMO. De même que des psychologues, infirmiers, kinésithérapeutes, tous relevant de professions médicales et paramédicales.
 
Au-delà de cette question de la reconnaissance officielle, la meilleure reconnaissance qu’un accompagnant puisse obtenir pour sa pratique est celle qui vient des personnes qu’il accompagne. L’expérience des praticiens DECEMO, qu’ils partagent sur le  groupe Facebook notamment, conforte chaque jour l’efficacité de la méthode proposée ici. La méthode DECEMO est une méthode aux résultats éprouvés, par les praticiens et surtout par les personnes qui en bénéficient. Et cela est certainement la meilleure des reconnaissances.

Une formation de bases en 9 jours, est-ce suffisant ?

Prérequis

La formation à DECEMO nécessite, en amont de la formation, d’avoir :
> acquis une approche d’accompagnement qui inclut la sphère émotionnelle
> une pratique déjà bien installée en cabinet ou institution
> fait un chemin sur soi et sur ses propres émotions, pour savoir être pleinement présent pour l’autre
 
Avec 29 sessions DECEMO réalisées de juillet 2012 à mai 2018, ces prérequis sont validés par l’expérience et par les retours des stagiaires. Il en ressort que c’est essentiellement la qualité de la présence (la « posture intérieure » de l’accompagnant) qui est facilitatrice du travail émotionnel. D’où l’importance du chemin sur soi et de la supervision. Ceux-ci sont nécessaires, de notre point de vue, pour un travail en sécurité. Au-delà des aspects techniques de l’accompagnement.

Technique

La formation de « Praticien DECEMO » se fait sur 7 journées de formation technique, 2 journées de certification et des rencontres d’analyse de la pratique par visioconférence (ou téléconférence, à défaut).
 
Lors des journées de formation technique, l’originalité de la pédagogie accroit la vitesse d’intégration. En plus des pratiques intensives entre participants, des volontaires extérieurs viennent vivre des séances réalisées par les participants devant le reste du groupe. Cela apporte une confiance accrue aux participants, qui sont confrontés directement à des conditions (semi-)réelles de cabinet. Tout en permettant une grande richesse de la pratique et des échanges.

Vidéos

L’utilisation de la vidéo permet de suivre des séances réalisées par des stagiaires, dans ses conditions de cabinet. Sur un plan pédagogique, cela est très nourrissant pour ajuster ses erreurs.

Une formation évolutive

Pour ceux qui ont soif de connaissances, des modules optionnels sont proposés. Ceux-ci sont proposés pour aller plus loin :
  • ostéo-DECEMO
  • DECEMO-Ancrage
  • techniques de médiation pour accompagner les systèmes protectifs et blocages dans l’accompagnement, etc.
Toute l’équipe pédagogique est dans une démarche de recherche et de modélisation constantes. Les formateurs développent de nouveaux outils pour aller toujours plus loin et proposer aux praticiens des approches toujours améliorées.
 

Quel est le suivi proposé ?

La plus grande difficulté, dans nos métiers d’accompagnants, est le manque de lien et de partage de nos connaissances. Cela montre l’importance de groupes de partages, d’intervision et de supervision.

Echanges techniques

Pour la pratique de la méthode DECEMO, chaque participant fait partie d’une communauté de praticiens DECEMO, qui apporte un soutien et un support à ceux qui le demandent. Ceci, par l’intermédiaire du groupe Facebook : https://www.facebook.com/groups/decemo/
 
L’équipe pédagogique, en plus d’animer ces espaces de partages, a à coeur de répondre à toutes les questions qui nous sont posées, par mail et par téléphone, par les praticiens qui en éprouvent le besoin. Notre souhait est qu’aucun praticien ne se sente seul dans sa pratique, ou limité dans ses résultats. Nous souhaitons que les apprentissages de chacun servent l’intérêt de tous.

Supervision

Des séances, collectives ou individuelles, de supervision et d’analyse de la pratique sont proposées, à Paris, Lyon, Toulon et par Skype. A ce jour (avril 2018), trois superviseurs vous accompagnent : Enguerrand, Nathalie et Bruno.
 

Fédération DECEMO

Par ailleurs, une fédération des Praticiens DECEMO est en train d’être mise en place. Son but est d’ouvrir des espaces de partages, de promouvoir la méthode lors des salons, etc. et de nous rencontrer régulièrement lors de week-ends de cohésion et de partages. Pour sortir de la solitude propre à nos métiers…

Pourquoi une pratique d'accompagnement est demandée en prérequis ?

Les techniques d’accompagnement émotionnel, surtout axées sur les traumatismes et émotions fortes, nécessitent une posture d’accompagnant très solide pour celui qui les utilise. On ne s’improvise pas accompagnant ou thérapeute, on le devient par l’expérience. La formation DECEMO n’est pas une formation complète à la thérapie. Elle apporte un outil complémentaire à une technique déjà bien installée. Elle vient compléter cette technique, quand celle-ci touche sa limite. DECEMO vient s’intégrer dans une pratique existante, sans s’y soustraire.
 
Il serait dangereux, pour le praticien comme pour la personne accompagnée, de ne pas avoir une solide expérience de l’accompagnement (en cabinet, en institution, etc.) pour pratiquer une technique comme la méthode DECEMO.
 
C’est pourquoi est demandée, en prérequis, une formation de base en accompagnement ou en relation d’aide, associée à une pratique d’accompagnement déjà installée. Ainsi qu’un travail approfondi sur ses propres émotions, pour éviter les phénomènes de résonances émotionnelles.

Pourquoi insister sur la qualité de la posture d'accompagnant ?

De notre expérience de l’accompagnement émotionnel et de la formation dans ce domaine, la qualité de la « posture intérieure » de l’accompagnant est au moins aussi importante que les aspects techniques.
 
Elle apporte de la confiance et crée de la sécurité. Elle « borde » le travail, et permet d’accompagner ce qui a besoin d’être accueilli et déposé dans le cadre de la relation.
 
Elle évite les débordements émotionnels, les prises de pouvoir inconscientes, ainsi que les décompensations psychiques.
 
C’est pourquoi, durant tout le cursus, une très grande attention sera portée à la posture intérieure de l’accompagnant. Des outils concrets seront amenés, pour aider à une posture de qualité.

Pourquoi avoir ajouté d'autres outils aux mouvements oculaires ?

L’approche oculaire est très efficace, c’est ce qui rend l’EMDR si connue et populaire aujourd’hui.
Cependant, j’ai constaté trois choses, dans mon expérience en tous cas :
  • dans le cas de systèmes de défense assez importants, les protocoles oculaires habituels ne fonctionnent pas. Il faut aller plus loin, et les approches comme l’Internal Family Systems® apportent des clés concrètes pour travailler avec ces systèmes protectifs.
  • la traumatologie ne se limite pas à ce qui arrive à la personne une fois adulte. Sa petite enfance, son attachement à une figure d’attachement (père ou mère), quand il est insécure,  bouleverse complètement son rapport à l’autre, et les traumas prennent une forte composante relationnelle. Il convient aussi de prendre soin de cette composante de la relation, et ne pas voir la personne et son histoire comme séparés, isolés, de la relation d’accompagnement. Les aspects systémiques sont alors très puissants. Il convient d’avoir les outils pour les travailler. La théorie polyvagale de Stephen Porges, associé aux connaissances de la théorie de l’attachement de Bowlby, sont ici ajoutés à la dimension purement interne de la personne.
  • le rapport au corps est indispensable, dans toute intégration émotionnelle. C’est pourquoi j’ai souhaité ajouter d’autres outils directement connectés au sensoriel, notamment l’intégration sensorielle (inspirée de la méthode « TiPi »), les « besoins en plein » propres à la Communication NonViolente, ainsi que d’autres apports.
Ces approches complètent idéalement l’approche oculaire. Soit quand celle-ci ne fournit pas les résultats escomptés ; soit quand l’accès corporel est plus adapté ; soit quand des « parties » d’elle font obstacle par protection ; soit quand la complexité de la personne demande juste d’être accompagnée vers une sécurité relationnelle qu’elle n’a jamais vraiment connue (troubles de l’attachement).

Peut-on régler la formation en plusieurs fois ?

Par défaut, les contrats de formation incluent un règlement en 4 fois (un premier chèque de 150€ de frais d’inscription et d’engagement, puis 3 chèques encaissés progressivement à la fin de chaque rencontre en présentiel). Les frais pédagogiques sont ainsi étalés en fonction de l’avancée de la formation.

Comment recevoir une séance gratuitement ?

Dans le cadre de la formation, je fais appel à des personnes volontaires extérieures, qui reçoivent une séance réalisée par un(e) participant(e), sous la supervision du formateur.
Dans ce cadre, des personnes sont souvent cherchées pour ces séances. L’inscription se fait sur cette page.